Insectes Xylophages :

La liste des insectes xylophages est longue.

Le bois est attaqué par de nombreux insectes xylophages :

Nous avons retenu 6 insectes xylophages :

1. Capricornes
2. Vrillettes
3. Lyctus
4. Abeilles Charpentières
5. Grand Sirex
6. Termites

La lutte contre les insectes xylophages s’effectue par :

– Traitement Bio à la Cire d’abeilles et pyrèthre naturel
– Injection dans les poutres
– Traitement insecticide
– Application de gel ou de lotion insecticide
– Congélation d’objet en bois
– Traitement du sol

Traitements

Photo de pièces d’échiquier attaquées par xylophages et congelées par nos soins (= solution alternative)

Vous voulez traiter vos charpentes?

Faites appel a des experts

Capricorne

Le Capricorne des maisons est un insecte coléoptère de la famille des Cerambycidae à larve xylophage.

Le Capricorne des maisons est un insecte coléoptère de la famille des Cerambycidae à larve xylophage.
• Le capricorne des maisons ou hylotrupes bajulus est un insecte qui mesure entre 1 et 2 cm, de forme aplatie et de couleur brune.
• Le capricorne des maisons est répandu dans toutes les régions de France.
• Le capricorne adulte est inoffensif et vit seulement une à deux semaines.
• Une seule femelle pond de 20 à 80 œufs dans les fissures du bois. Ces œufs éclosent en larves qui dévorent le bois et creusent des galeries dedans pendant trois à dix ans, jusqu’à leur métamorphose en adultes prêts à se reproduire.
Les larves de capricorne s’attaquent essentiellement aux bois résineux : pin, épicéa, sapin…
Capricorne des maisons : comment déceler leur présence ?
Contrairement aux termites, les capricornes peuvent se déceler assez facilement :
• par les petits trous qu’ils percent à la surface du bois
• par une production de sciure
• ou encore par le bruit qu’ils émettent.

Vrillettes :

Vrillette est le nom vernaculaire donné à certains petits coléoptères ravageurs du bois, de la famille des anobides.
Leurs larves creusent ou forent le bois, gagnant ainsi le nom d’« insectes foreurs ». Elles engendrent des dégâts importants aux meubles ou aux charpentes.
Le nom « vrillette » leur a été donné car le trou d’envol parfaitement circulaire de l’imago évoque un trou foré par une petite vrille.

Pyemotes : tout petit arthropode de 2 millimètres dont les piqûres sont très douloureuses : agents de dermatite

Les pyemotes sont des arthropodes, arachnides, acariens, trombiformes.

Les acariens de ce genre, trouvés fréquemment dans divers produits végétaux, sont des prédateurs de divers insectes et ils peuvent s’attaquer accidentellement à des mammifères et à l’homme, leur causant une dermatite atypique temporaire.

DESCRIPTION :

Le corps lisse et allongé mesure 0,2-0,3 mm de long chez la femelle et environ 0,16 mm chez le mâle. La femelle porte un signe distinctif particulier, un organe pseudo stigmatique bulbeux, situé de chaque côté, sur la face ventrale, entre la première et la seconde paire de pattes. La femelle gravide peut atteindre un diamètre de 2 mm.

NOMENCLATURE :

Dès 1959, on avait répertorié 20 différentes espèces à ce genre (Krczal, 1959) dont P. herfsi (MMWR, 2005), P. ventricosus (Del Giudice et al., 2008) et P. beckeri (Hewitt et al, 1976). En 1975, Moser a proposé de nommer P. triciti les acariens de ce genre responsables de cas de dermatite associée à des insectes des grains.

HÔTES :

Plus d’une centaine d’espèces, des insectes en majorité, servent de proie à cet acarien et il existe une certaine spécificité quant à ce choix d’hôtes. Ce sont surtout des coléoptères, des hyménoptères, des lépidoptères et des diptères qui sont attaqués, ce qui fait de cet acarien, un agent potentiel de contrôle biologique de ces insectes. Pyemotes attaquent principalement les larves des insectes qui se nourrissent de grains.

En quête de nourriture, ils s’attaquent volontiers aux mammifères et à l’homme.

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE :

Cosmopolite. Des cas ont été décrit un peu partout à travers le monde .

CYCLE DE DÉVELOPPEMENT :

Les femelles ovovivipares peuvent donner naissance à 350 acariens chacune. Plus de 90% des nouveaux nés sont des femelles et elles sont sexuellement matures dès leur naissance. Les mâles naissent en premier, aident à la naissance des femelles et les fertilisent. Tout de suite, les femelles affamées se mettent en quête de larves d’insectes pour se nourrir. Le cycle de développement peut être complété en une semaine environ, ce qui permet à la population de se multiplier rapidement. La température environnante limite toutefois la vitesse du développement.

MODES D’INFECTION :

Ces acariens percent la peau de l’insecte, principalement le stade larvaire, avec leurs pièces buccales et se nourrissent de l’hémolymphe. Ils peuvent ainsi se nourrir des larves, des nymphes et même des adultes de leur proie. Ils se fixent aux tissus mous de l’insecte, en particulier sous les ailes ou aux articulations. Avant de se nourrir, ils injectent une toxine causant une paralysie rapide de l’hôte. Dans un élevage, des insectes sont morts en 24 heures (Hanks et al., 1992).

L’homme et l’animal sont infectés surtout lors d’un contact accidentel avec du matériel biologique contaminé (foin, paille, grains, bois, etc); tout matériel qui abrite une abondance d’insectes, en particulier les grains, peuvent héberger de grands nombres d’acariens. Ces acariens ne peuvent se déplacer sur de longues distances. La plupart des cas surviennent entre mai et septembre, ce qui correspond à la période de plus grande activité de l’acarien et à une plus grande exposition des gens de par leurs occupations extérieures.

Photos :

Réactions aux piqûres très douloureuses :