Les Cafards (ou blattes ou cancrelats)

Les blattes et les termites appartiennent à l’ordre des blattoptères (Blattodea). La classification de ces groupes est encore sujette à différentes hypothèses. L’une d’entre elles voudrait qu’ils soient inclus avec les mantes dans l’ordre des Dictyoptera. D’autres voudraient les séparer complètement, les blattes faisant partie de l’ordre des Blattodea et les termites de l’ordre des Isoptera. Cependant, les dernières recherches sur la génétique de ces groupes suggèrent qu’ils ont évolué d’un ancêtre commun et qu’ils sont ainsi fortement liés.

La blatte est aussi appelée cafard ou cancrelat en Europe, coquerelle au Québec et ravet aux Antilles. Ces insectes sont considérés comme « nuisibles » à cause des mœurs de certaines de ses espèces. Au total, moins de 1% des espèces connues de blattes interagissent avec l’homme et peuvent être réellement considérées comme des indésirables. Près de 25 à 30 espèces peuvent être problématiques et de ce nombre, la moitié cause des problèmes occasionnels.

Les espèces dites « nuisibles » sont synanthropes et on les retrouve principalement dans les cuisines où elles se nourrissent des déchets des humains.

Les quelque 4 600 espèces réparties à travers le monde varient en forme, en couleur et en taille. Leur apparition sur Terre date de près de 355 millions d’années.

Vous êtes confronté à des blattes ou des cafards

Ecrivez nous pour un devis

RISQUES PATHOGÈNES : gastro-entérite, tuberculose, salmonellose et sont à l’origine de nombreuses allergies.

3 espèces nous intéressent :

Blatte américaine

Blatte orientale

Blatte germanique

La Blatte Germanique ou Blattella Germanica est la plus répandue en Europe. Elle représente 90% des infestations. De genre Blatella, d’espèce Germanica, elle n’a, contrairement à ce que l’on pourrait croire, aucun sang germanique. Les Allemands eux-mêmes la surnomment, probablement par dépit, la blatte hollandaise… Comme la plupart de ses congénères, elle vient d’Afrique de l’Ouest, arrivée en Europe par bateau depuis plus de deux cents ans. Après avoir envahi les ports, elle a colonisé les centres villes.
C’est une petite espèce de cafard, mesurant de 10 à 16 mm de long.
Sa couleur va de bronze à brun clair. On la reconnais grâce à ses deux bandes foncées parallèles qui partent de la tête et se rendent à la base des ailes (sur le pronotum).
Bien qu’elle ait des ailes, elle est incapable d’effectuer un vol soutenu.
Les élytres chez les adultes sont plus longs que le corps chez la femelle (B) et plus courts chez le mâle (A). La femelle est plus large que le mâle.

Cycle Biologique

La femelle porte sur son arrière-train une coque pleine d’œufs appelée « oothèque ». D’un brun brillant, rectangulaire mesurant 7 mm de long et 3 mm de large, cette capsule à œuf est très gluant et difficile à écraser. Chaque oothèque contient entre 30 et 40 œufs. La femelle porte les oeufs dans l’oothèque jusqu’à l’éclosion des ceux ci.

La femelle pond environ 7 oothèques au cours de son existence. La période d’incubation des oeufs est de 17 jours. L’état de la nymphe dure de 40 à 65 jours.

La métamorphose de la blatte germanique est incomplète. Lors de son développement, la nymphe passe par 7 métamorphoses. Elle croît en taille à chaque métamorphose.

Le cycle de vie complet de la blatte germanique s’étend entre 3 et 6 mois. On compte, par année, 2 ou 5 générations. Un couple de blattes germaniques peut produire jusqu’à 1 000 000 de descendants en une année.

Blatte femelle

Oothèque

Habitat

Dans nos habitations, elle niche dans des endroits chauds sombres et humides comme :
• les dessous d’évier et de baignoire,
• derrière le gros électroménager qui dispense de la chaleur (moteur du réfrigérateur, machines à laver, machine à café…),
• dans le chauffe eau,
• conduits divers (colonnes de vide ordure, bouche d’aération, chauffage, baguette électrique…),
• dans les recoins et charnières des placards,
• dans le faux-plafond,
• derrière les tapisseries …
Comme toutes les espèces commensales de l’homme, les cafards vivent la nuit. Aux infestations repérées de jour correspondent des infestations graves donnant lieu, la nuit, à de véritables invasions durant lesquelles il n’est pas rare de voir des colonies sortir par nappes dans les cuisines et sur les paliers.

Nourriture

Omnivore, elle accepte toute nourriture depuis les détritus présents en abondance dans son habitat de base jusqu’à nos aliments qu’elle pollue en gagnant notre habitat et y occupant les cuisines, celliers, placards…
Des méthodes et des produits biocides haut de gamme

Les traitements anti blattes réalisés sont réalisés avec les derniers produits biocides haut de gamme et par nos techniciens très expérimentés.
Les méthodes de traitement sont adaptés à chaque situation et c’est le technicien sur place qui choisit celle qui correspondra au mieux. Dans certains cas, il préconisera au client un deuxième passage ou plus suivant l’infestation.

De nombreux établissements sont répertoriés à risque comme : bars, hôtels restaurants et toutes les zones à ordure.
Nous ajustons notre méthode à chaque situation.